Articles & Interviews

Forum consacré à la carrière tennistique de Gaël Monfils: Photos, news, matchs... tout!

Re: Articles & Interviews

Messagede ArThUr » Ven Avr 01, 2016 22:45

Je trouve que Gaël progresse cette année, pour plusieurs choses :
- moins de blessures, donc plus de continuité dans les entraînements et dans le jeu
- moins de tournois de secondes zones qui ne servent à rien
- aucune défaite contre un joueur moyen (je mets Montpellier de côté avec le décalage horaire)
- des résultats consistants

Seul petit défaut : aucune grosse victoire si ce n'est Dimitrov.

Mais son entraîneur a raison, la terre n'est pas arrivée ! J'attends énormément des 2 mois à venir, Rafa sera pas au top je pense, Djoko tient mais montre des signes de faiblesse je trouve, Murray est une énigme, Wawrinka pareil.

Allez Gaël c'est ton année !!
ArThUr
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 2930
Inscription: Lun Jan 05, 2009 16:53
Localisation: Lille

Re: Articles & Interviews

Messagede bestennis » Sam Avr 02, 2016 10:07

Et klizan ? Honnêtement peut être que j'y verrais du bon si il avait gagné Rotterdam.
bestennis
Mega Fan
Mega Fan
 
Messages: 386
Inscription: Dim Aoû 31, 2014 18:20

Re: Articles & Interviews

Messagede ArThUr » Sam Avr 02, 2016 21:08

Ouais la fin du match est regrettable, maintenant Klizan était en feu... Après Gaël aurait dû trouver la solution pour gagner, mais bon.
ArThUr
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 2930
Inscription: Lun Jan 05, 2009 16:53
Localisation: Lille

Re: Articles & Interviews

Messagede bestennis » Sam Avr 02, 2016 22:37

C'est à gael d'être en feu et encore, sur ce genre de match il devrait pas pousser
bestennis
Mega Fan
Mega Fan
 
Messages: 386
Inscription: Dim Aoû 31, 2014 18:20

Re: Articles & Interviews

Messagede ArThUr » Dim Avr 03, 2016 14:25

Oui c'est vrai qu'il aurait dû le gagner ce titre, mais bon on le connait en finale il est toujours moins bien, c'est comme ça...
ArThUr
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 2930
Inscription: Lun Jan 05, 2009 16:53
Localisation: Lille

Re: Articles & Interviews

Messagede Cachou » Dim Avr 17, 2016 01:58

Juste un petit extrait de son interview à l'Equipe : "...Contre Nadal, il va falloir être agressif, bien tenir sa ligne. Ça va être un gros combat physique. Moi, je ne l’ai jamais vu trop plonger. Quand il n’est pas bien, il est mieux que tout le monde, je l’ai toujours dit. C’est le meilleur de tous les temps sur terre battue, je vous laisse imaginer la difficulté. Contre lui, tous les matches sont durs. Mais c’est la première fois que je vais le jouer avec ma nouvelle équipe.»

On l'a beaucoup dit ces derniers temps mais c'est vrai qu'il m'épate par sa lucidité, son calme et sa façon d'appréhender chaque match. Je sens que le courant passe bien entre son staff et lui ; ça doit lui redonner espoir et confiance.
Avatar de l’utilisateur
Cachou
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 775
Inscription: Sam Oct 31, 2009 01:49

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Dim Avr 17, 2016 11:39

Complètement d'accord. Et j'espère que son staff est lucide et honnête avec lui sur ce qu'il doit travailler.
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5099
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Re: Articles & Interviews

Messagede Aleadu29 » Ven Avr 22, 2016 12:47

http://www.sudradio.fr/Sports/Tennis/Li ... rre-battue

Quelques propos de Lionel Roux sur Gael :)
Avatar de l’utilisateur
Aleadu29
Super Fan
Super Fan
 
Messages: 179
Inscription: Dim Aoû 10, 2014 09:40
Localisation: Bretagne, Finistère

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Dim Juin 19, 2016 23:47

Roger a fait une longue interview pour le Guardian et quand on lui demande avec quel joueur il aime bien parler, il cite 'Andy Murray et Gaël : https://www.theguardian.com/sport/2016/ ... are_btn_tw

Toujours aussi apprécié notre Gaël!
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5099
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Re: Articles & Interviews

Messagede bestennis » Dim Juil 31, 2016 08:34

L'Équipe
Impressionnant depuis deux semaines, le Français, qui affrontait Novak Djokovic la nuit dernière en demi-finales, doit beaucoup à son entraîneur et à son préparateur physique.
Ils assistent aux matches de Gaël Monfils côte à côte en tribune mais ne les vivent pas de la même manière. Mikael Tillström, son entraîneur, est d'un flegme à toute épreuve alors que Gaëtan Olivier, son préparateur physique, multiplie les grimaces et les gestes d'encouragement vers le joueur. Les deux hommes sont tout sauf étrangers à la réussite actuelle du Français (29 ans), titré à Washington il y a une semaine et qui avait enchaîné neuf succès de rang avant d'affronter le Serbe Novak Djokovic la nuit dernière.

CHERCHE L'ÉQUILIBRE
La collaboration avec Mikael Tillström a commencé en octobre 2015, après l'US Open où, blessé au dos, Monfils avait abandonné dès le premier tour. Le Parisien avait envie de travailler avec l'entraîneur suédois depuis deux ans déjà. « Gaël m'a contacté fin 2013, quand j'ai arrêté de travailler avec Grigor (Dimitrov), explique l'ancien 39e joueur mondial. Mais je ne pouvais pas voyager toutes les semaines, c'était trop pour moi. Gaël avait besoin de plus. L'an dernier, il m'a appelé et m'a demandé combien de semaines je pouvais faire par an. J'en fais environ vingt. » Le reste du temps, ils se téléphonent quasi quotidiennement. « Je sentais que je voulais travailler avec lui, c'est de l'instinct, précise Monfils. On bosse bien ensemble. Il a changé beaucoup de choses, c'est sûr. » Son service, notamment, qu'il ne démarre plus les pieds joints. « Je voulais qu'il utilise davantage ses jambes, justifie Tillström. Il peut sauter très haut mais il ne sautait pas sur le service. Aujourd'hui, il a plus de puissance et sa deuxième balle est bien meilleure. »

Avec le Suédois à ses côtés, le Français a trouvé la régularité qui lui avait souvent manqué. « Gaël était très motivé pour opérer un changement, pour devenir un grand joueur, indique l'entraîneur. On savait qu'il pouvait battre n'importe qui dans un bon jour. Mais le but c'est de le faire semaine après semaine. Si tu veux monter dans le classement, ce n'est pas suffisant de faire une bonne semaine de temps en temps. Ça demande beaucoup de travail au quotidien. » Si le message passe aussi bien, c'est notamment parce que le joueur et son entraîneur ont rapidement noué une relation de confiance. L'homme de quarante-quatre ans a aussi su s'adapter à l'extravagance de son poulain. Rythmée par la musique et le rire de la Monf, chaque séance se termine par un jeu. « Quand tu entraînes quelqu'un, il faut observer sa personnalité, justifie Tillström. On aime s'amuser, prendre de la distance par rapport aux choses. Et en même temps être concentrés quand il le faut. Il faut trouver l'équilibre. »

CHASSE LES BLESSURES
Gaëtan Olivier, lui, suit Gaël Monfils sur tous les tournois depuis le début de l'année dernière. Le joueur était venu le voir dans son cabinet à Genève pour lui proposer d'intégrer son équipe. Son rôle est essentiel au quotidien auprès du joueur puisqu'il s'occupe à la fois de la préparation physique et des soins. « C'est un gros avantage pour moi de faire les deux », explique ce spécialiste de l'ultra-trail, qui court 20 à 30 km presque chaque matin. « Comme il m'entraîne aussi physiquement, il sait vraiment où j'en suis, si je suis en forme ou pas, confirme Monfils. Pour lui, c'est beaucoup plus facile de faire son programme, parce que c'est lui que j'ai en récupération et c'est lui que j'ai pendant l'effort. » « La prévention c'est ce qu'il y a de plus important pour un sportif de haut niveau, enchaîne Olivier. Gaël, ça fait déjà douze ans qu'il est sur le circuit, je ne vais pas améliorer son 100?m de 10 centièmes, mais essayer de maintenir ses capacités physiques sans qu'il se blesse. »

Pour cela, il se sert de la médecine chinoise, lui qui est diplômé de l'institut Liang Shen de Genève. « C'est totalement différent de la médecine traditionnelle, affirme-t-il. Déjà, on ne parle pas de maladie mais de syndrome. On essaye, quand quelque chose ne va pas, de guérir par différentes méthodes thérapeutiques. On n'utilise pas de médicament. Ce sont des plantes chinoises, de l'acupuncture, des massages thérapeutiques. On peut utiliser l'acupuncture pour la prévention, pour l'amélioration des capacités physiques, pour la gestion du stress. Ce n'est pas une simple guérison. Ça peut améliorer son jeu et son mental. » Et visiblement, ça fonctionne. « Je me blesse moins grâce à lui, affirme Monfils. Il a une manière de travailler en récupération qui est vraiment différente, ça m'aide beaucoup. »
bestennis
Mega Fan
Mega Fan
 
Messages: 386
Inscription: Dim Aoû 31, 2014 18:20

Re: Articles & Interviews

Messagede bestennis » Dim Juil 31, 2016 12:10

J'aime bien cette interview aussi
«Vous avez très bien commencé le match avec un break rapide. La suite fut beaucoup plus compliquée. Comment l'expliquez-vous ?
Il faisait quelques fautes au début. J'ai eu quelques opportunités et je les ai saisies. Après, il n'a plus raté du tout. Il était bien meilleur dans les rallyes. Moi je n'allais pas lentement, mais plus lentement que lui. Quand Novak est comme ça, c'est très dur de le battre. J'essayais de me concentrer sur moi, de modifier mon plan de jeu. J'ai essayé de monter un peu plus au filet. J'ai essayé de rester solide, de toujours y croire, même si j'étais derrière, même si c'est le numéro 1 mondial et que je ne l'ai jamais battu. Je croyais toujours que je pouvais le battre, faire tourner le match.

C'était votre dixième match en onze jours. Etiez-vous à bout de force ?
Oui il y a de la fatigue. Je ne suis pas aussi frais qu'il y a deux semaines. Je me suis entraîné dur pour revenir. Les gens pensent que je ne joue que depuis Washington, mais il y a eu beaucoup de travail avant. J'ai bien joué, j'ai fait quelques gros matches ici. C'est dur, mais ça fait partie du métier. Je suis chanceux, j'ai quelques douleurs mais rien de grave. Même en étant fatigué comme ça, on apprend de ces grands matches. C'est une grande leçon pour moi, pour la prochaine fois que je l'affronterai.
Le compte-rendu du match
«J'aimerais vraiment rapporter une médaille pour la France»
Votre titre à Washington et vos neuf victoires consécutives vous donnent-elles beaucoup de confiance pour aborder la suite de la saison sur dur ?
Les gens ne parlent que de mes deux dernières semaines, mais j'ai bien joué avant. J'ai fait des quarts de finale, des finales. J'avais cette confiance. Je joue bien depuis le début de la saison, j'ai beaucoup de confiance. J'espère récupérer et être fort pour le prochain tournoi.

Arrivent les Jeux Olympiques avec, on l'imagine, un objectif de médaille...
Oui forcément. Après ce qui se passe c'est que je commence à être bien fatigué. J'espère qu'ils vont être un peu compréhensifs. Là je dois me reposer, reposer le corps. J'ai envie de bien faire, mais bien faire c'est savoir se reposer. Encore plus pour moi parce que quand j'enchaîne trop... Il ne faut pas avoir peur de dire que j'ai un corps assez fragile, donc il va falloir que je me repose bien, bien me ré-entraîner pour être prêt pour les JO. Ça va être d'autant plus dur que je joue le simple et le double. Il va falloir que je sois prêt pour les deux parce que, dans une des deux compétitions, j'aimerais vraiment rapporter une médaille pour la France.
Quentin MOYNET, à Toronto
bestennis
Mega Fan
Mega Fan
 
Messages: 386
Inscription: Dim Aoû 31, 2014 18:20

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Mar Aoû 02, 2016 21:31

Une grande interview de Gaël, assez intéressante ! J'aime bien quand il est sincère, comme sur son parcours..

http://www.gqmagazine.fr/sport/intervie ... eton/44856



Il était plutôt frais et fringuant ce jour-là en fin de matinée dans un petit coin isolé du bar de l’Hôtel Molitor, sa résidence préférée lorsqu’il descend à Paris. Il s’apprêtait à attaquer la saison sur terre battue. Plein d’espoirs. Tous déchus quelques jours avant Roland-Garros à cause d’un virus tenace. C’était dans l’optique des Internationaux de France que nous l’avions rencontré. Mais très vite notre conversation avait dévié sur des sujets autres que la terre battue. Le jeu, son style, ses envies, ses doutes, la Coupe Davis, son entrainement, sa diététique, Roger Federer, l’eau de coco, la Suisse, les montres ("J’adore les De Bethune"), les voitures ("Après avoir eu un Tesla S pendant six mois, je suis revenu à mon Range Rover Sport").… Monfils s’était confié comme rarement il l’avait fait auparavant. Retour sur ¾ d’heures de discussions mouvementées juste avant que le Français, désormais 11e joueur mondial, ne dispute les Jeux Olympiques de Rio en simple et en double avec Jo-Wilfried Tsonga.

Quel bilan peut-on tirer de votre première partie de saison ?
Je ne fais jamais de bilan en cours de saison. Une saison, c’est une année entière. Il ne faut jamais penser à ce qu’on a fait et ce que l’on va faire, il faut rester dans le moment présent. Je veux rester dans ma bulle.

Vous donnez l’impression d’avoir progressé, dans votre jeu, dans son approche. C’est aussi votre avis ?
Je suis dans de bonnes dispositions à partir du moment où je m’entraîne bien, avec une bonne équipe. Et c’est le cas depuis décembre dernier. Chacun travaille bien, mais je ne vais pas vous dire ce que je fais exactement. Tout ce que je peux dire est que je fais du bon boulot. On s’entend bien. Diététiquement, physiquement mentalement, le chemin pris est le bon.

Avez-vous avez l’impression de progresser encore, à votre âge et votre niveau ?

Quoiqu’il arrive, on progresse. Les meilleurs comme les moins bons. Le tennis évolue en permanence, techniquement, physiquement, tactiquement. J’essaie de rester au proche du tennis moderne. Je travaille plus le service (il a adopté une nouvelle position lors du tournoi remporté à Washington le 24 juillet, ndlr), le coup droit.

Quelles sont vos faiblesses ?

J’ai envie de dire tout ! On n’est pas injouable. Chaque semaine, on perd, à part Novak qui gagne pratiquement tous ses matchs. Lorsque l’on perd, cela veut dire que quelqu’un a mis le doigt sur nos faiblesses, que l’on n’est pas parvenu à trouver la parade.

J’ai la sensation qu’aujourd’hui, dans le tennis de haut niveau, la concentration est l’élément clé…
Il nous interrompt. Alors ça, c’est quelque chose de subjectif selon moi. On nous parle souvent de concentration mais je n’arrive pas très bien à comprendre le concept d’une personne qui joue au tennis sans être concentrée… C’est quoi en fait ? On nous reproche de ne pas être concentrés sur tel ou tel point, mais cela ne veut rien dire. Rien que pour taper une balle, il faut se concentrer pour le faire.

Vous concernant, c’est peut-être le côté showman qui fait que l’on parle de cela. Vous pourriez très bien gagner des points de manière plus simple que vous ne le faites. En Australie, en 1/8è de finale, vous risquer la blessure en plongeant pour un point alors que vous menez deux sets zéro, ce n’est pas trop ?

Lorsque je plonge, je suis hyper concentré. Souvent les gens pensent que je ne réfléchis pas. On me parle de showman parce que je plonge… Mais on ne voit pas le "plonger" car il ne veut pas perdre le point. Je ne plonge pas pour faire plaisir aux gens, je plonge car je veux avoir la balle.


D’accord, mais selon le score du match, on se dit que parfois vous pourriez limiter la prise de risque…
Certains pensent comme ça, ok. Mais pas moi. Je pense juste à gagner chaque point. J’ai des qualités physiques un peu différentes donc on va me qualifier de showman à chaque point un peu spectaculaire. Mais dans ce cas-là, Rodger, quand il fait un coup droit long de la ligne, il la prend super tôt. Pour moi, c’est monstrueux.

C’est moins claquant à l’œil nu…
C’est de l’élégance, oui. C’est exceptionnel, j’appelle ça showman. Quasiment aucun joueur ne peut faire comme lui. Moi, mon talent reste sur des qualités physiques, donc on dit showman. Rodge, il ne plongera pas, moi j’ai dû mal à prendre très tôt la balle en mode ping-pong. Chacun a sa caractéristique, on voit davantage voir Rafa (Nadal, ndlr) ou Novak (Djokovic, ndlr) faire des glissades. Quand Novak fait ça, on ne dit pas showman, mais "qu’est-ce qu’il se bat, l’homme élastique, quel mental… !". Bah moi je glisse et je vais plonger de temps en temps. Je ne suis pas con, je sais que c’est du béton. Je veux juste gagner le point, je ne veux pas me faire mal. C’est comme si on me disait là: "vas-y plonge". Attendez, je ne suis pas débile. Je sais que je peux me faire mal. C’est juste que sur certains points j’arrive dans une situation où, pour l’instant, mon corps me permet de faire des plongeons, de glisser. Et jusqu’à maintenant, je ne me suis rien cassé. J’ai peut-être un ange gardien. Quand c’est fait à l’instinct, je pense que l’on risque moins de se faire mal.

Bon, en fait, je voulais dire qu’heureusement que vous êtes là, car on s’ennuie un peu nous en tant que spectateurs, avec Novak Djokovic qui gagne tout, les jeux stéréotypés type Murray aussi…

Novak est très très fort, il a réponse à tout. Dans tous les compartiments du jeu, il sait quoi faire. Il est monstrueux. Ce qui fait est exceptionnel.

C’est incontestable, mais le public se lasse…

Je trouve cela beau. Je ne sais pas vraiment si c’est chiant pour le spectateur. Franchement, si je pouvais tout gagner, je le ferai aussi !


Une personne qui gagne tout le temps dans le sport, c’est forcément louche. Vous pensez que certains se dopent ?

Non, pas du tout. Novak est plus fort tennistiquement, c’est tout. Je n’ai jamais pensé au dopage, mais à ce que je pouvais faire pour le faire chier. Il est plus fort au retour, dans la vitesse de jeu.

Et Maria Sharapova ?
Je ne sais pas. J’ai appris très tard cette affaire, cela ne m’intéresse pas en fait. Tout ce que je peux dire est que Sharapova est une grand championne, qui a mental d’acier. Elle a apporté énormément au tennis.

Doit-elle être sanctionnée (elle a depuis notre interview été suspendue deux ans par l’ITF, la Fédération internationale de tennis, ndlr) ?

Je ne sais pas trop, je suis à des années lumière de cela. C’est une grande championne.


Passons au tennis français. Yannick Noah a repris les rênes de l’équipe de France de Coupe Davis. Vous étiez du premier tour en Guadeloupe…

Il enchaîne Tout s’est super bien passé. Yann est quelqu’un de généreux, qui donne de l’énergie, de bonnes vibes. C’est un leader incroyable. Quelqu’un d’inspiré. Il a toujours quelque chose à transmettre. On s’est bien éclatés tous ensemble, c’était exceptionnel.

Est-il l’homme qu’il fallait à l’équipe de France pour gagner la Coupe Davis ?

On verra à la fin si c’était lui.

Franchement, ne serait-ce pas un gâchis si la France ne gagnait pas la Coupe Davis ?

C’est encore trop loin. J’ai l’impression qu’il me reste cinq années au plus haut niveau. J’espère que d’ici là, j’en gagnerai une.

Il y a un an, vous m’aviez dit: "je veux gagner un grand chelem, je veux être numéro 1 mondial…" Alors ?
Bon, numéro 1 mondial, c’est un peu dur avec Novak ! Et je l’avais déjà dit ainsi, je crois ! Pour les grands chelems…

Avec les qualités que vous avez, Tsonga également d’ailleurs, on ne comprend pas que vous n’en gagnez pas un, comme Cilic, Del Potro ou Wawrinka ont su le faire…

On peut penser cela aujourd’hui. Mais n’oublions pas que nous donnons le maximum. Pour ma part, je trouve cela beau qu’on puisse me dire cela. Car je suis un enfant du 19è arrondissement de Paris que ne rien ne prédestinait au tennis… On y a cru et j’ai failli y arrivé. On verra si je n’y arrive pas d’ici 5 ans. Honnêtement, quand j’ai commencé à jouer au tennis il y a 25 ans… On nous voit là maintenant, en haut de l’affiche, mais il ne faut pas prendre une seule partie de l’histoire. Il ne faut pas oublier la complexité de son sport, les sacrifices, ceux de la famille… Pour défendre Jo, si jamais il n’y arrive pas non plus, il faut dire qu’il est parti à 12 ans de chez lui, je crois. Il vient du Mans. On lui aurait dit "tu vas arriver là, dans le top 10, avec des titres en Masters 1000…", personne n’aurait misé dessus. En plus, il n’était pas très fort quand il était petit, il a cravaché pour en arriver là. C’est déjà exceptionnel. Comme ceux que font les autres, Djoko fuit la guerre dans son pays pour arriver à ne plus perdre un match. Sa trajectoire est exceptionnelle. La nôtre est peut-être juste très sympathique, mais beaucoup aimerait l’avoir. On veut qu’elle soit exceptionnelle et c’est pour cela que l’on va encore davantage de se donner sur les années qui vont arriver. Mais ce n’est pas facile.

Pour y arriver, quel coup de tennis vous aimeriez posséder en plus dans votre jeu ?

J’aimerais bien maîtriser l’attaque qui emmène à la volée, avoir une volée incroyable me sentir vraiment à l’aise au filet. Une balle courte et pouvoir dérouler le jeu vers l’avant avec une volée propre.


Sortons un peu du tennis. Pourquoi venez-vous toujours à Molitor lorsque vous vous arrêtez sur Paris ?

Pour l’emplacement déjà, car on est à côté de Roland-Garros. Et puis l’ambiance, le personnel. Ils sont très sympas. Cela peut paraître bizarre que je vous dise cela, mais ici c’est vraiment cool. Lorsque l’on est venu pour la première fois ici en Coupe Davis, c’était vraiment très sympa, tout le monde avait été très gentil. Du coup, je viens ici dès que possible. Cela ne veut pas dire que les gens des autres hôtels ne sont pas sympas, mais ici, c’est particulier. Et puis le cadre… C’est magnifique ! Je ne suis pas un grand nageur, mais faire une trempette de temps en temps, c’est cool. Avec un peu de nage papillon pour se marrer, même si je coule plus que je ne nage. C’est la nage que l’on essaie tout le temps avec des potes. Et puis j’aime bien les chambres, super cosy. J’ai un bon feeling ici. Il y a la salle de sports aussi, j’y fais un peu de vélo, des altères, des feet ball… C’est moderne.

Y-a-t-il d’autres endroits où vous vous sentez aussi bien ?

En Floride, oui. Et j’aime bien Tokyo aussi.

Vous voyagez toujours en business dans les avions ?

Essentiellement, oui. Pour certains longs trajets, on récupère mieux et c’est bon pour le dos. Et puis, lors d’un tournoi, il faut que dès le lendemain du vol on soit au taquet, donc c’est bien de se reposer en business. Mais, honnêtement, et ça peut paraître bizarre, quand je pars avec des potes en vacances, cela ne me dérange pas d’être en classe économique, je peux mettre mes pieds en diagonale. J’ai un peu mal au dos si c’est loin, mais bon…

Je voulais vous parler de votre amour pour l’eau de coco. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?!

Oui, celle de Vaïvaï. Vous avez jamais goûté l’eau de coco ?

Non...

Bon, je n’en ai pas là, seulement dans ma chambre. Mais c’est hyper bon ! Comme je viens de la Guadeloupe, c’était une bonne idée que je mette en avant cette marque. Il faut absolument goûter. Je préfère l’eau de coco nature à celles avec des parfums, c’est moins mon truc.


Comment combiner ce genre de passion avec votre hygiène de sportif ?

Il ne faut jamais être dans l’excès, quel que soit le produit. Mais l’eau de coco, ça va !

Vous vous freinez sur quoi du coup ?

J’essaie de moins boire de soda, je fais attention au sucre que je mange aussi. Mais honnêtement, je ne fais pas que ça. Je m’octroie parfois un coca, ce n’est pas la mort.

Avez-vous déjà essayé le sans gluten ?

Écoutez, ici, il y a un gâteau à la vanille sans gluten qui est exceptionnel ! Je le prends tout le temps. Après, une alimentation totale sans gluten, je ne suis pas chaud.

Quel est le dernier cadeau un peu dingue ou décalé que vous vous êtes offert ?

Un petit pompon !

Un pompon… ?

Oui, chez Fendi. Avec les smiley. Je l’ai mis sur un sac, ça me suit partout. J’aime bien les émojis, presque trop d’ailleurs. Je ne parle parfois que comme ça sur les textos.


Parlons un peu de la Suisse...
Je vis en Suisse et j’aime bien ça.

Peut-on parler d’exil fiscal ? Ou est-ce une histoire d’amour qui est à l’origine de cet emménagement en Suisse ?
Pas mal de choses peuvent arriver oui ! rires Écoutez, les gens mettent tous sur l’exil fiscal, les avantages. Mais franchement, j’aime la Suisse. Pour y vivre, c’est génial. Il y a des avantages, oui. Mais des inconvénients aussi. Mais les gens ne veulent pas l’entendre ou n’en parlent pas.

Quels inconvénients par exemple ?
Quand je dis ça, c’est une manière de parler. La Suisse, c’est comme partout, Paris ou une autre ville, il y a des avantages et des inconvénients. Comme mon cousin qui vit en Guadeloupe qui ne va voir que les avantages ou inconvénients de vivre en ville.

Vous resterez là-bas après la fin de votre carrière ?

J’ai plein d’idées, et ce n’est jamais bon signe. Il vaut mieux en avoir une ou deux. Moi, il y en a partout ! J’essaie progressivement de trouver ma voie.

Dans le tennis ?
Je ne sais pas trop. Pas forcément. Ce n’est pas mon idée première.

Je ne vous vois pas rester dans ce domaine…
Être acteur dans le tennis fera un peu partie de ma vie, c’est sûr.

Et acteur tout court ?
Faudra que je prenne des cours ! Mais cela peut être marrant. En fait, je veux faire un peu de tout. Mais si on me demande là maintenant, je dirai l’horlogerie. J’adore tout ce qui est mécanisme. L’horlogerie apporte également plein d’autres choses comme l’histoire. Et j’aime beaucoup l’archéologie aussi. Voyager, être pseudo-archéologue, ça peut être cool. Et découvrir d’autres musiques aussi. J’aime le rap français, la dance hall, la variété française. Je suis plus musique numérique genre Apple music, Spotify, SoundCloud que platines vinyles.
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5099
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Re: Articles & Interviews

Messagede Tuturo » Lun Aoû 08, 2016 13:44

http://www.lavoixdunord.fr/sports/jo-20 ... b0n3670218

JO 2016 - Tennis : Gaël Monfils merveilleusement bien au sein de l’équipe de France

Expéditif au premier tout face à Vasek Pospisil, Gaël Monfils est dans son élément aux JO. L’esprit d’équipe et les couleurs du drapeau lui rappellent la Coupe Davis. Et la médaille le fait rêver depuis qu’il est tout petit.

Gaël Monfils (29 ans, 1,93 m, 11e joueur mondial) est bien à Rio et ça lui va très bien. Baladé aux quatre coins de la planète toute l’année, d’hôtel en hôtel et de tournoi en tournoi avec toujours les mêmes têtes de l’autre côté du filet, il affiche une humeur resplendissante grâce au bol d’air frais des JO.

Car pour lui, les Jeux, c’est la fontaine des plaisirs. À commencer par la vie au village olympique qui lui rappelle sa jeunesse. « J’adore. Je suis avec tous mes potes, les sportifs avec qui j’ai grandi. J’ai l’impression que je suis à l’INSEP. C’est l’INSEP aux JO », rigole-t-il. L’ambiance autour de lui est optimale, tout ce qu’il aime. Fraternelle, gaie, détendue, ce qui l’installe dans le relâchement, les conditions de la performance.

Autre point de ravissement : sa peau de supporter. Quand il ne tape pas la balle, il se précipite pour aller encourager l’équipe de France. Et d’abord les garçons du basket, dont il connaît le calendrier par cœur. Mieux que le sien peut-être…

On retrouve le compétiteur de la Coupe Davis, qui se régale quand ça chauffe, se sublime dans le combat en équipe. « Ce qui me motive le plus aux JO, c’est de jouer pour l’équipe de France, insiste-t-il. Avec les copains, on a tous envie de faire briller le sport français, de ramener des médailles. »

Cette médaille olympique le fait rêver depuis qu’il est gamin. « Elle a une immense valeur. C’est vraiment quelque chose d’incroyable. C’est une grande victoire à mettre tout en haut, juste derrière Roland Garros. » Qui reste son Everest de tennisman français.

Ambition

Alors il est à Rio avec de l’ambition. Privé de Roland-Garros, sur blessure, il a bien rebondi cet été en enchaînant neuf victoires, une série qui lui a notamment permis de remporter son premier tournoi ATP 500 à Washington. La grande affaire est une modification notable de son service, pour lequel il a modifié l’alignement de ses pieds. Avec succès, une efficacité qui le tire vers le haut. Et un retour de la confiance vue d’entrée au Brésil face au piège du Canadien Pospisil vite déjoué (6-1, 6-3).

« Je me sens bien, confie-t-il. Un peu fatigué après avoir beaucoup joué, mais je récupère bien. Et je me connais. Quand je suis bien comme ça, la priorité est de ne pas me blesser, de ne pas trop en faire à l’entraînement, de privilégier les soins. » Pour continuer à être bien.
Avatar de l’utilisateur
Tuturo
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 961
Inscription: Dim Oct 12, 2008 22:14

Re: Articles & Interviews

Messagede bestennis » Lun Aoû 15, 2016 16:23

Après sa défaite in extremis en quart de finale face à Kei Nishikori (7-6 [4], 4-6, 7-6 [6]), le Français Gaël Monfils considérait être «tombé sur plus fort» que lui.
Pas de regrets.

Tennis - Jeux Olympiques - Gaël Monfils s'est arrêté en quart. (Reuters)
Gaël Monfils s'est arrêté en quart. (Reuters)

Gaël Monfils, éliminé vendredi en quarts de finale par Kei Nishikori : «Il n’y a pas de regrets, j’ai bien joué, j’ai donné tout ce que j’avais, je suis tombé sur plus fort que moi. Je me suis bien sorti d’une situation difficile au deuxième set en faisant un gros jeu pour débreaker (1-1). On a eu une grosse bataille, ça s’est joué à quelques points encore une fois contre lui. À 4-0 (dans le tie-break décisif, sur son smash dans l’axe), je pensais qu’il allait prendre un côté. Il a un peu de réussite, il fait un chop let, et derrière il réussit un super lob, bravo à lui. Derrière (à 6-5, sur sa troisième balle de match), j’ai raté ma première et voulu frapper ma deuxième un peu plus forte. Je voulais le surprendre sur son coup droit, j’ai vu qu’il s’était approché, mais j’ai lancé un peu trop devant. Ce n’est pas passé.»
bestennis
Mega Fan
Mega Fan
 
Messages: 386
Inscription: Dim Aoû 31, 2014 18:20

Re: Articles & Interviews

Messagede Tuturo » Ven Sep 09, 2016 17:47

Petit article avant notre demi de l'US Open

http://www.eurosport.fr/tennis/us-open/ ... tory.shtml

A noter, John McEnroe qui a dit la semaine dernière que Gaël était une des "plus grosses déceptions de l'histoire du tennis" et qu'il aurait déjà dû gagner "trois ou quatre tournois du Grand Chelem"... :oops:
En tant que fan, je ne serais pas allé jusque là mais dans l'idée je suis d'accord :roll:
Avatar de l’utilisateur
Tuturo
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 961
Inscription: Dim Oct 12, 2008 22:14

PrécédentSuivante

Retourner vers L'actualité de Gaël

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Yahoo [Bot] et 2 invités