Articles & Interviews

Forum consacré à la carrière tennistique de Gaël Monfils: Photos, news, matchs... tout!

Re: Articles & Interviews

Messagede ArThUr » Mer Avr 05, 2017 22:41

Oui au final ça ne nous avance pas énormément mais bon j'espère qu'il va revenir pour Monte-Carlo... Maintenant j'espère surtout qu'il aura son meilleur niveau à Roland Garros... Encore 8 semaines d'ici là, on y croit !
ArThUr
Master Fan
Master Fan
 
Messages: 2932
Inscription: Lun Jan 05, 2009 16:53
Localisation: Lille

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Dim Juil 02, 2017 12:20

EASTBOURNE (ANG)
Gaël Monfils pas au mieux pour Wimbledon malgré sa finale à Eastbourne

Malgré un niveau de jeu convaincant qui l'a mené en finale, le Français, légèrement blessé à un genou, avoue son peu d'aisance sur la surface.

- Gaël Monfils n'est pas un grand fan des mouettes, immanquables cette semaine tant elles furent nombreuses et bruyantes autour du Devonshire Park, tout comme son entraîneur Mikael Tillström, réveillé par l'une d'entre elles vendredi à 5 heures du matin. Mais il y a quelque chose que le Français de trente ans aime encore moins que les piafs malpolis : le gazon. Pourtant, le 16e mondial vient d'y atteindre la première finale de sa carrière, après avoir notamment battu son pote Richard Gasquet en demi-finales. « C'est une belle semaine, j'ai bien joué, mais ce n'est pas un résultat qui fait que tu deviens un joueur de gazon, coupe-t-il. Ça fait douze ans que je joue sur gazon et que je ne joue jamais très bien. »

«Je ferai des examens... ou pas», Gaël Monfils, à propos de sa blessure au genou

Samedi, La Monf aurait sans doute mérité d'emmener Novak Djokovic dans un troisième set, tant il a dominé la seconde manche. Mais malgré quatre occasions, il n'a pas réussi à breaker le Serbe qui l'a surpris sur sa première opportunité, à 5-4. À l'exception du premier jeu du match, totalement manqué, Monfils a prouvé que son tennis pouvait être efficace sur herbe : service, deuxième coup de raquette, volée, ses armes sont réelles, même s'il a eu du déchet en retour de service. Et son déplacement, qui a longtemps été sa hantise sur cette surface, est en nette amélioration. « À Halle et cette semaine, je me déplace mieux, je glisse moins, acquiesce-t-il timidement. Ça rentre un peu plus. Ça fait deux semaines que je joue légèrement mieux sur gazon. »

Pas assez pour oublier des années de galère sur les pelouses européennes, lui qui avait pourtant gagné Wimbledon chez les juniors en 2004. « Ce n'est pas parce que j'ai fait une finale que je suis un bon joueur de gazon, souffle-t-il. J'ai réussi une bonne semaine ici, mais, honnêtement, le gazon, ce n'est toujours pas ce que je préfère. Ce n'est pas non plus là que je m'attends à faire de gros résultats. Je donne le maximum. La preuve, je viens jouer ici, je demande une wild-card parce que j'ai envie de bien jouer, de gagner des matches. Je me bats, mais je sais que c'est plus dur pour moi sur gazon. »

Djokovic trop fort pour Monfils
Monfils, qui s'attend à un premier tour à Wimbledon « hyper difficile » contre l'Allemand Daniel Brands, doit en plus composer avec une douleur au genou gauche, contractée vendredi contre Gasquet. « J'ai un peu mal, mais aujourd'hui (hier) je me suis bien déplacé, je me suis rassuré, explique-t-il. Je pense que je me suis froissé l'articulation, le ligament. Je ferai des examens... ou pas ! (rire) Je ne peux pas dire que je n'ai pas mal. »
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5121
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Ven Aoû 25, 2017 16:54

Il y a cet article d'un journaliste de New York qui est intéressant même si j'avoue que je n'ai pas tout lu. Mais la partie où Gilles Simon parle de Gaël explique bien des choses et notamment pourquoi on est obligés de souffrir en regardant Gaël :
https://www.nytimes.com/interactive/201 ... shots.html

Gilles Simon, who first met Monfils when he was 14 and Monfils was 12, has an amazing mind for tennis and will almost certainly be a coach one day. He can remember the final score of nearly every pro match Monfils has played, and in each case he can offer an analysis of how his friend might have better utilized his huge strengths and protected his weaknesses. (He has beaten Monfils seven of the nine times they’ve played as professionals.) “The emotional part with Gaël is much more important than with any other player: It’s almost all of it,” he told me in the players’ locker room in Umag, as Monfils was passing by. “He doesn’t like to win 6-1, 6-1. He needs some drama at some point. The showman who likes to play tricky shots will show up, and he forgets to win the match.” His advice was similar to Tillstrom’s. “ ‘Bro, kill the guy when you have to kill them, and don’t play your [expletive] on court. Because you are so super strong, everyone is afraid to play you. But everyone knows they are going to come back against you because you are going to make them come back in the match.’ ”


On le voit, ça m'avait tellement énervé contre Benoit Paire que c'est la seule fois où j'ai volontairement arrêté de regarder un match de Gaël. Il aime trop les matchs serrés et n'aime pas expédier ses adversaires.Mais après il perd le fil de ses matchs et surtout il perd le fil du jeu qu'il doit pratiquer contre les meilleurs. Parce qu'apprendre à être offensif et implacable face aux moins bons c'est s'offrir la possibilité de jouer comme ça face aux meilleurs.. Le jour où il le comprendra et l'appliquera...

Le passage avec Winogradsky est très intéressant aussi :
The next day I spoke on the phone with Eric Winogradsky of the French Tennis Federation, who coached Monfils for a couple of months in 2013. It was a low point for Monfils, who was coming back from a knee injury and had fallen out of the Top 100. The two of them went for long walks, discussing life as well as the game. “Gaël’s feelings are not common,” Winogradsky told me. “He is a nice and really sensitive person. He has to try all these things. That’s what makes Gaël so interesting and complex.” To win a Grand Slam, Winogradsky believes a player must commit to it religiously for a year to a year and a half, building a rhythm and intensity, going deep in every tournament to get used to competing against the top guys time and again. For that stretch, the off-court pastimes needed to be ignored.

It is a dark place. The single-minded devotion required to master the technique and timing is not only life-sapping; it makes the stakes of failure so much higher.
“Are you saying he would be a better tennis player if he was less interesting?” I asked Winogradsky. The question seemed to pain him, and he thought in silence on the other end of the line.

“That we won’t be able to answer until the very end of his career. If next month he wins a Grand Slam. . . .”


Pour lui pour aller chercher un Grand Chelem il faut laisser les intérêts personnels de côté pendant un an, un an et demi être totalement dédié au tennis. Sans ça, ça lui parait compliqué. Est-ce que Gaël le fera un jour?
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5121
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Sam Aoû 26, 2017 11:23

Dans l'Equipe d'aujourd'hui Gaël avoue être diminué depuis un an. Problèmes au tendon d'achille, au dos et dernièrement aux genoux. C'est pas bon tout ça, il disait hésiter pour une opération aux genoux car ça fait perdre un an.

On ne sait jamais avec Gaël où il en est vraiment. Effectivement quand il a des douleurs ça explique souvent des contre-performances mais là c'est compliqué de voir si c'est ponctuel ou si ça lui pourrit vraiment la vie. J'aime pas beaucoup qu'il parle d'opération en tout cas, j'espère qu'il peut se dépenser à 100%..
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5121
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Re: Articles & Interviews

Messagede FandeMonfils » Lun Oct 30, 2017 11:46

Le moment des explications, L'Equipe d'aujourd'hui :

MONFILS FAIT FAUX BOND
FRANCK RAMELLA
Gaël Monfils n'a joué qu'un match en trois ans à Bercy, perdu de manière très étrange, au premier
tour en 2015 face à Benoît Paire. À Paris, le Français ne se montre qu'en coulisses ces derniers
temps. Il y a deux ans, pour confesser longuement les dessous d'une saison ratée, déjà. L'an
dernier pour convoquer, alors qu'il était forfait pour se préserver avant son premier Masters, une
conférence de presse afin de répondre aux incompréhensions générées par son renoncement en
demi-finales de la Coupe Davis, en promettant une ouverture médiatique. Sixième mondial en fin
de saison dernière, il n'est plus très loin de sortir du top 50 (45 ) au terme d'une année biscornue
où il aura souffert d'une perte de confiance et de multiples pépins. Le dernier, survenu à un genou
à l'US Open, aura été fatal. Venu sans repères à l'AccorHotels Arena après deux mois , il a
ressenti hier une douleur à l'entraînement qui l'a contraint au forfait. Encore. Bercy, maudit.

2017 « Il y a plein de choses que j'ai mal faites »
« Ma saison, elle est complètement galère, avec beaucoup de blessures, beaucoup d'absences…
Le meilleur souvenir de l'année, ça reste l'Open d'Australie, d'entrée de jeu, où j'ai bien joué. Oui,
je ne suis pas bien rentré dans le match contre Nadal là-bas, en huitièmes de finale. Il y a peut-
être là un petit cap à franchir, je ne sais pas. Mais je ne prends pas un petit Rafa, non plus. À un
moment, le gars, il était plus fort, je n'ai pas de problèmes à le reconnaître. »
Pour la suite, Monfils évoque des « petites choses » plus personnelles, sans vraiment préciser, qui se sont rajoutées à
celles qui « n'ont pas tourné en sa faveur ». « Il y a plein de choses que j'ai mal faites, c'est sûr à
100 %. Ces huit dernières semaines, depuis mon abandon à l'US Open, j'ai eu le temps de
réfléchir… Pourquoi j'ai lâché sur ça, pourquoi telle décision m'a amené à ça ? Cette année, j'ai
mal servi, je n'ai pas assez utilisé mon coup droit, je n'ai pas fait tant que ça d'enchaînements vers
l'avant. Au printemps, j'ai mal au tendon d'Achille, et on pousse grave dessus quand on sert ! Et tu
te retrouves comme ça à Roland. Tu ne peux pas trop te placer comme tu veux, c'est une vraie
galère. Peut-être que jouer Roland, c'était une mauvaise décision. Comme celle d'avoir repris trop
tôt à Munich un peu avant. C'est ce genre de petites choses qu'il faut changer, ne pas vouloir
reprendre trop vite…
Cette année, ça a été un cercle infernal. Cet été, j'ai compensé de partout. Et je me blesse au
genou, une déchirure au tendon quadricipal du genou droit, un truc nouveau… La meilleure
décision, c'est aujourd'hui (hier) que je l'ai prise. C'est de me dire : t'as une douleur, va pas tenter
le diable, Gaël. »

LA FAUTE À DJOKO ? À NOAH ? « Avec Yannick, ma relation
est très bien, normale »
En 2016, tout semble cadré dans la galaxie Monfils jusqu'au moment où il délivre, en demi-finales
de l'US Open, face à Djokovic, un début de match très étrange. Mais le joueur nie cette théorie
d'une rencontre qui l'aurait fait replonger dans une guéguerre intérieure. « Je n'ai pas trouvé ce
match incroyable. Je l'ai revue, cette rencontre, vous pensez bien… Il y a 5-0 pour Novak et je
joue normalement. Donc on va me parler de ces trois jeux que j'ai gagnés, en plus avec une balle
de break pour revenir à 5-4… Tous les spécialistes me ressassent ces trois jeux, on reste focalisé
dessus. Quand je finis par prendre le troisième set, je ne mets que des lattes, mais là, personne ne
me dit que je fais n'importe quoi… »
En début d'année Monfils, sanctionné par Noah, n'est pas
sélectionné pour le premier tour de Coupe Davis à Tokyo. En interne, on entend que le joueur
aurait mal vécu le malaise. Là encore, il nie. Quelles que soient les incompréhensions, il kiffe son
capitaine, même s'il n'a joué en deux ans qu'une rencontre, la première, à Baie-Mahault.

« Les
médias ont surenchéri dans cette histoire. Avec Yannick, ma situation est très bien, normale. On
est cool, quoi. Ça va. Yannick, ça reste Yannick. Il m'a appelé, il prend de mes nouvelles. Je n'ai
pas de frictions avec lui. Peu importe ce qui transparaît. Je ne me suis pas engueulé avec lui. Yan,
j'ai beaucoup d'admiration pour lui, c'est vous (les médias) qui m'avez fait mal vivre un truc qui
n'existe pas. C'est ça qui est pesant. Je suis content de mon capitaine. »

LA FINALE FRANCE-BELGIQUE « Les gars, laissez-moi
tranquille »
Monfils a-t-il cru au retour ébouriffant en cette fin de saison 2017 pour réintégrer l'équipe de
France avant la finale de la Coupe Davis (24-26 novembre à Lille contre la Belgique) ? Il a attendu
de voir.

« Après l'US Open, j'ai recommencé à faire du sport moins violent et des entraînements
guidés où l'on sait où va la balle. J'avais repris il y a trois semaines, tranquille, à Genève, avec Jo (Tsonga).
Mais après, j'ai pris mon temps car j'ai eu à nouveau assez mal. J'ai fait un peu de padel
pour ne pas perdre le rythme. Mais entre le padel fun et les matches, c'est pas pareil ! Pas facile
de se jauger. Samedi à Bercy, j'ai joué deux heures, j'ai été obligé de me pousser pour savoir, pour
aller chercher les repères que je n'avais pas. Ce n'est pas passé. Rideau ! »
Du coup, Monfils était surpris d'entendre, avant d'arriver à Paris, qu'on pouvait penser à lui pour la finale de la Coupe
Davis.

« Je n'ai pas beaucoup joué, pas forcément bien, et je ne suis pas dans le top choix du
capitaine, mais c'est vous (les médias) qui me mettez dans le coup, alors que moi, j'essaie déjà de
pouvoir jouer. Eh les gars, j'ai pas joué depuis l'US Open ! C'est ça que je n'arrive pas trop à
comprendre. Et dire que, de temps en temps, on me dit que je ne suis pas lucide… On parle de
moi alors qu'il y a Jo en finale face à Lucas, Manna qui fait trois sets avec Fed qui joue très bien,
Gilles qui se remet à bien jouer et Richard qui joue bien aussi. Les gars, laissez-moi tranquille. Je
reviens à Bercy d'abord pour moi. J'ai fait une saison de merde et je pensais surtout kiffer un peu.
Après, s'il y avait deux-trois matches "pam pam" (sic) bien sûr que j'aurais eu le couteau (entre les
dents), bien sûr que j'ai envie de jouer en Coupe ! »

2018 « Il va falloir changer
mon approche »
, dit-il. Dès la semaine prochaine, Monfils
poursuit sa rééducation, et reprendra bien plus tôt que d'habitude la préparation foncière. Le
docteur Montalvan lui a dit qu'il serait préférable de la faire dans un pays chaud, donc à Miami, sa
base arrière préférentielle. Hier, Monfils ne savait pas encore quand il allait repartir aux États-Unis.
S'il est encore en Europe, il est acquis qu'il viendra supporter la France en finale de la Coupe
Davis à Lille, dans trois semaines et demie. Pour 2018, le début du programme est déjà connu.

« Il va falloir changer mon approche, réajuster ma manière de jouer, se ressentir plus fort
physiquement, menta- lement et tennistiquement »
«Je commencerai à l'Open d'Australie, comme d'habitude. Et je repars avec le coach (Mikael
Tillström).
Mais il ne sera pas là toutes les semaines, j'en ferai un peu moins avec lui. Je serai un
peu livré à moi même, parfois… »


On comprend que Tillström sera moins là, vu qu'il n'était déjà pas présent tout le temps je me demande ce que ça va donner. Et il ne parle pas de nouveau staff (kiné?) pour le moment.
Avatar de l’utilisateur
FandeMonfils
Moderator
Moderator
 
Messages: 5121
Inscription: Mer Jan 17, 2007 17:56

Précédent

Retourner vers L'actualité de Gaël

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing [Bot] et 1 invité

cron